Pour le plaisir

Hommage au pigeonneau à travers quelques citations et anecdotes, qu’il sera de bon ton de glisser au cours d’un repas.

Amoureux
Le pigeon est fidèle : il revient toujours vers son nid, retrouver son partenaire et ses petits. A la cour de Castille, le roi Jaime 1er fonda l’ordre du pigeon en 1379 en hommage à la fidélité de l’oiseau… mais faute de couples suffisamment vertueux à la cour, l’expérience prit fin au bout d’une année…

Cité
Dans son Almanach des Gourmands, Grimod de La Reynière, écrivain et gastronome français(1758), est intarissable et nous propose des recettes plus ou moins évocatrices :
à la Gobert, à la Gardi, à la Dauphine, à la Fleury, à la Hollandaise, à la lune mais aussi à la Stanislas, à la Luxembourg, à la Royale, à l'étouffade, à la poêle, à l'impromptu, au basilic, au beurre, au gratin, au jambon, au point du jour, au parmesan, au salpicon, au soleil, aux câpres, aux tortues, aux navets, au roux, en surprise et surtout, en taupe, en timbale, glacé, soufflé, mariné, piqué, à la cendre, à l'eau de vie et même à l'esprit de vin.

Médicinal et aphrodisiaque ?
Celse, philosophe grec, recommande le foie de pigeon, récent et cru, mangé pendant longtemps, contre l'ictère (jaunisse). Le cerveau de pigeon passe pour aphrodisiaque.
Encyclopédie Diderot et d'Alembert Tome XII p.613-614 –1776.
Est-ce sa belle réputation d’animal amoureux et « sérieux » en amour qui faisait autrefois de sa viande un médicament pour calmer les tempéraments irascibles, secs et irritables ?

Yang
En Chine, la chair de pigeonneau est très appréciée.
Elle y est reconnue pour ses vertus énergisantes. On considère qu’elle fait partie des aliments Yang au même titre que le piment, les céréales ou la pomme.

 
Accueil - Mention légales - Réalisation : Le Phare